– 4 –

Publié: 29 novembre 2006 dans L'Antidote (Finalisé)

"I wonder what the hell is he building in there ?"

Par la fenêtre entrouverte, Tom Waits laissa cette question sans réponse, alors qu’au dehors le soleil faisait luire la rosée sur les brins d’herbe.

Clothos s’était levé quelques instants du banc, s’exposant aux rayons ardents qui chauffaient ses articulations craquantes. Sa pipe dessinait dans le ciel bleu des volutes s’entrecroisant en dragons et autres animaux mythiques.

Lachésis, plongé dans la lecture du journal, marmonnait. Un titre accrocha son regard laiteux.

– Encore trois victimes et la saison sera achevée, dit-il.

Atropos cracha par terre la bile noirâtre qui lui rongeait les poumons.

– Encore trois victimes et une nouvelle saison commencera. Les semailles sont finies, viendra le temps de la récolte.
Une quinte de toux grasse ponctua sa sentence.

Sorti de sa torpeur, il se rendit compte que ses doigts avaient sculpté de leur propre chef le visage de l’inconnue de l’église. Trait pour trait, au moindre détail, jusqu’à cette mèche rebelle qu’elle avait négligemment rejetée sur son front nu. Troublé, il se détourna et promena ses mains couvertes de glaise sur la lame du couteau qui traînait là. Il laissa courir ses doigts le long du manche, le caressant comme un sexe en érection (Oncle Waltz, non, s’il te plaît). Il frémit alors que l’inox affûté lui mordait la pulpe des doigts. Un filet de sang se mit à couler. Il en oignit la sculpture, traçant des larmes écarlates sur les joues, et parant de carmin les lèvres entrouvertes.

Soudain, il s’empara du couteau et l’angoisse se peignit sur son visage. Il se mit à hurler " Jamais ! Jamais ! ", lacérant son œuvre jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un amas terreux informe.

Le long du mur les toiles bleues encore humides de peinture se retrouvèrent mouchetées de sang.

Le bleu. Partout.

– Viens te baigner petit ! Elle est fraîche !

– J’arrive oncle Waltz !

Et le bleu. Et le rouge.

Au dehors, ses cris retentirent, faisant lever le regard des trois vieillards. Quand sa crise se calma, la voix rauque de Tom Waits chantait "a good man is hard to find".

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s