XI – Nain de perdu… Nain de perdu

Publié: 7 décembre 2006 dans Caldeus Kreen (Finalisé)

…Et chevauchèrent, et chevauchèrent sous la lune et le soleil, trois fois de suite. Et lorsque le soleil par trois fois rejoignit les Hadès, enfin ils arrivèrent devant la forteresse du tyran de Sendubri.

Leur regard s’éleva le long des hautes murailles du fort77.

Caldeus descendit de cheval et lança des cailloux contre le pont-levis relevé.

– Ouvrez l’huis ! Hurla-t-il.

– A qui ? Lui répondit-on.

– A nous ! Dirent-ils en chœur.

Des cliquetis les avertirent de l’ouverture imminente du pont-levis. Le grincement des lourdes chaînes effraya les chevaux, qui cabriolèrent78 et mirent-à-bas leur cavalier, encore fumants. Ils durent les maintenir fermement afin de ne point les laisser échapper.

Enfin le lourd ponton frappa le sol dans un fracas assourdissant.

– Entrez vite !

Sous les voûtes majestueuses les compagnons s’avançèrent. Lalahn triturait les cordes de sa chèvre musicale79, produisant un "dzing dzing" timide.

La nuit tombait doucement et l’activité dans la cour du fort s’amenuisait. Un brouhaha indistinct80 résonnait contre les murailles. Un géant qui passait par là marcha malencontreusement sur Lalahn, dont la chèvre musicale émit un dernier "dzing" avant de disparaître sous la voûte plantaire du géant.

– Broumph ?

– Malheureux ! Vous avez écrasé notre compagnon ? Cria Kami Khaz à l’adresse de la tête dans les nuages81.
– Broumph !

Caldeus vit rouge. Il se précipita contre l’orteil qui dépassait d’un trou dans la chausse, et s’acharna dessus avec sa hache. Le géant s’éloigna, confus.

– Qu’allons-nous faire, soldat ? Lalahn était un piètre poète, un piètre compagnon même, mais un bon guide. Nous allons devoir trouver quelqu’un pour nous guider dans cette jungle de jambes !

Ils passèrent donc dans les allées du marché, à la quête d’un éventuel guide. Il s’arrêtèrent devant un étrange personnage. Il avait la morphologie naine, mais mesurait plus de 211 orteils de Khaz82. Il s’acharnait sur des pièces d’armure rouillées avec un marteau de la taille d’un dolmen (un petit, quand même).

Intrigués, les soldats de Petitpavé le questionnèrent :

– Holà, compagnon, que fais-tu donc ?

– Beuh, je rérépare des trtrtrucs.

– En tapant dessus ?

– Beuh, oui ? Vous coconnaissez un autre momoyen ?

Caldeus dut reconnaître que non. Il commençait à cligner dangereusement de l’œil droit, le bégaiement de ce personnage l’influençant peu à peu.

– D’où venez-vous ?

– Je susuis d’icici, mais jeje vouvoulais faire un pépélerinage à Khaz Kakakamak en la mémémoire de Grouah et Grouahah. Mais j’ai dudu m’arrêtéter en route.

Kami se retourna vers Caldeus :

– Ce curieux personnage pourrait nous être utile !

– Nononononon !! Caldeus se sentait pris de tics incontrôlables.

– Voyons, soldat, resaissez-vous !

– Compagnon, quel est ton nom ?

Le sourcil broussailleux du réparateur se haussa.

– Queqoiqui ? J’ai pépépayé ma taxe ! C’étététait un accident !

– Ne vous affolez donc pas ! Nous voudrions vous proposer de nous servir de guide dans cette grande forteresse.

– Ah bonbon. Je mamamapelle Kkkkkkkkkraoouahkkrrrrr…

– Kraouakrh ?

– …krkrrrkkra Momaurice.

Caldeus était en sueur. Pour lui, écouter parler Maurice revenait à jouer à cache cache avec son ombre.

– Maurice, vous êtes désormais partie de l’armée de PetitPavé ! Voici votre insigne de troufion permanent temporaire.

Mais ceci est une autre histoire…

77  Il est intéressant de noter que Sendubri (pays verdoyant au sud est) est le pays des géants. Une légende raconte qu’un couple de géants traversa le pays jusqu’à Khaz Kamak. Usés par le voyage, ils se retrouvèrent amoindris jusqu’à la taille d’un nain moyen, ce qui donna naissance au peuple nain tel qu’il est connu aujourd’hui. Les relations entre nains et géants sont généralement bonnes, les premiers traitant les derniers comme de la bouse de buffle (une grosse, quand même) et les derniers regardant ces petits bouts de chair gigotant avec crainte et respect.
78  sauf Lalahn qui était monté sur une chèvre au lait.
79  nom donné à l’instrument dont les cordes sont faites à partir de boyaux de chêvre. La guitare n’apparut que plus tard, lorsque le corps de l’instrument fut construit à partir de bois de gui.
80  en même temps, pour un brouhaha…
81  Au sens propre. Un géant normal atteint les 112 m, même en apnée.
82  Ce qui correspond à peu près à 3,25 m. Ce qui, par rapport à la note 81 nous permet de dire que les nuages sont bien bas et qu’il ne va pas tarder à pleuvoir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s