– 8 –

Publié: 30 décembre 2006 dans L'Antidote (Finalisé)

L’inspecteur étudiait attentivement la carte du quartier des Trois Aveux, sur laquelle il avait tracé de grands ronds nerveux. Il avait épluché tous les dossiers des potentiels suspects, mais nombre d’entre eux avait un alibi ; quelques-uns avait été placés sous surveillance, mais l’inspecteur avait la conviction profonde que l’assassin n’était pas parmi ceux-là.

Son expérience de profiler lui avait bien servi jusque là, et jamais il ne s’était trompé ; et bien qu’il voulait à tout prix enterrer cette partie de sa vie, son instinct était désormais formaté. La crainte de nouvelles nuits blanches l’avait assaillie alors qu’on lui confiait cette affaire. Des nuits où des harpies hautaines le hantaient ; des nuits où ces vaporeux vampires voguaient sur la vodka, victimes des violences qu’il n’avait pu vaincre, voûté qu’il était sous sa vanité.

Il avait résolu de sinistres affaires, notamment celle du tueur du bayou, qui laissait déchiqueter de vieilles femmes par les crocodiles de sa ferme avant de déposer les restes sanguinolents au seuil des églises. A chaque cas il s’enfonçait un peu plus dans l’inconscient des tueurs, sondant leurs pulsions, jusqu’à ce jour fatal où il avait failli passer de l’autre côté.

Dans le cas de cet assassin fantôme, il avait étudié chaque victime, intrigué par l’absence de cohérence, de régularité dans les lieux, les proies ou les méthodes employées pour le crime ; son aptitude à pénétrer le Moi du maudit meurtrier s’en trouvait affaiblie. Qui était-il donc ?

Après la vingtaine de corps retrouvés sans vie, morts sans violence, la plupart du temps empoisonnées par un mélange de curare et d’antimoine – laissant présager une connaissance en chimie avancée – il avait enlevé une jeune femme ; l’alerte avait été donnée par le centre œcuménique qu’elle fréquentait assidûment et qui s’inquiétait de son absence prolongée. Rien ne laissait présager un lien entre ces deux affaires, mais il les sentait jumelles.

Le soleil dardait entre les lames des jalousies, projetant ses rayons en longues bandes lumineuses qui vinrent éclairer le regard de la jeune femme dont la photo remontait à une kermesse du mois précédent.

Un regard ferme qui le priait de la retrouver.

Il referma le dossier, les mains moites.

Avala un dernier verre.

– Qui es-tu ? murmura-t-il.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s