Kafka sur le rivage

Publié: 31 janvier 2007 dans Au gré des lectures
de Haruki Murakami.
 
Ainsi me voilà initié à la littérature nippone (ni mauvaise). A l’affût d’autres cultures, je remerci Vince de m’avoir prêté ce livre.
Voilà une histoire où se croisent des destins, ponctuée d’évènements surnaturels, un complexe oedipien exacerbé, un tueur de chat déguisé en Johnny Walker, un rite initiatique à l’âge adulte et à l’acceptation des cicatrices passées, et au fait que le destin est écrit (enfin ça c’est mon impression).
 
La trame en elle-même est assez absconse ; mon avis personnel (car c’est mon blog à moi, que biadle !) est que certains évènements me semblent superflus par rapport à l’histoire (Nakata n’aurait-il pu être un simple d’esprit "normal" ? Est-ce si important que son "amnésie" soit liée à un évènement inexpliqué ?) ; mais au-delà de ces éléments, et du fait qu’il faut rentrer dans l’histoire, je n’ai pu plus pu lâcher le morceau jusqu’à la fin. Car dans ce livre, il n’y a aucun formattage, aucun cliché de ce qu’on pourrait trouver dans les romans dits populaires (mêmes les auteurs français connus (ne seraient-ce que Maxime Chattam et Romain Sardou) nous pondent des romains qui laissent un goût de déjà lu…
 
Bon maintenant je dis pas que je recommencerai 😉
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s