L’âme du mal

Publié: 8 septembre 2007 dans Au gré des lectures
de Maxime Chattam.
 
Lui, il énerve. Ses romans sont des films d’action à grand budget, où Se7en passerait pour un conte de fées. L’intérêt de rajouter des références lovecraftiennes (Necronomicon, Unaussprechlichen Kulten, etc.) sont superfétatoires, et le fait de remplir des lignes avec du vocabulaire de police scientifique, en expliquant en plus de quoi il s’agit fait très "j’me la pète parce que j’ai suivi des cours de criminologie. C’est comme si je parlais algorithmes dans mes oeuvres ! Enfin, quand le méchant en fin de bouquin explique pourquoi il met des tranches de citron sur les yeux de ses victimes et les peint en violet fait penser à du Scoubi-doo. Bref, beaucoup de reproches, mais malgré tout on se laisse prendre au train de l’histoire et on suit avec la bave aux lèvres les pérégrinations de Joshua Brolin. Et ce n’est pas parce qu’à trente ans on a déjà cinq romans à succès et à son actif (qui a priori sont des copy/paste les uns des autres, en tous cas c’est le sentiment que j’en ai eu en lisant Maléficeset l’âme du mal) qu’il faut se la jouer col roulé.
Publicités
commentaires
  1. Fred dit :

    Merci !
    Depuis quelques temps je me demandais si je devais lire du Maxime Chattam, et je crois que tu viens de répondre à cette interrogation…  🙂
     

  2. Stephane 'Stein' dit :

    Et non je ne suis pas frustré 😉 J’ai mon p’tit Lulu et mon p’tit Forum FFF qui roule ! Et pas des mécaniques 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s