XXVII – Les souffragettes

Publié: 11 septembre 2007 dans Caldeus Kreen (Finalisé)

Il est curieux de noter que le droit de combattre fut offert aux femmes dans le Khoin118 au début de la troisième ère du Groin. Une grande fête fut célébrée en la forteresse de PetitPavé durant laquelle les femmes enrôlées distribuèrent des mandales, ces petits pains en forme de main à quatre doigts. Après avoir eu ce privilège, certaines des plus farouches, notamment des naines, quelques trollesses ainsi que des sauvageonnes à demi-elfe de la forêt de Nissanpah, dont la célèbre Xanthia dont la non moins fameuse geste est encore chantée lors des grandes batailles. L’on ne s’étonnera donc pas que le palais du sorcier abritait, outre des golems, d’une pléthore de féroces guerrières nommées les souffragettes. Armées jusqu’aux dents, en proie à l’hystérie facile, elles avaient été envoûtées par le charme S.D.M. (Soldes de Dernière Minute). Leur tempérament sanguinaire les avait amené à s’exiler dans les contrées les plus arides du Khoin, le désert de Rhaz al Khalum où même les scorpions les craignaient.

Le sorcier les avait enrôlées, leur promettant tripes et boyaux.

Ainsi, alors que Chabroh, Maurice et Kami traversaient le pont-levis qui s’était abaissé dans un fracas retentissant et que Caldeus s’acharnait sur une porte close, elles susurraient, se trémoussaient et caressaient le tranchant de leurs lames, s’apprêtant au massacre.

La vive et crue lumière du jour les assaillit, laissant à nos quatre comparses le temps de compter les terribles furies qui allaient s’abattre sur eux. Une vingtaine de ces soldates les observaient, armées de kriss rutilants et de cimeterres étincelants.

– Je l’ai vu la première ! Hurla l’une d’elles, qui portait un bustier léopard et un tatouage en forme de tête de mort encadrée d’un cœur.

Une voix obscure tonna alors dans le fond de la pièce où se tenaient les souffragettes :

– Profitez des offres exceptionnelles : réductions et empalage cadeau !

Ce fut le déclenchement de l’hallali. Elles sortirent en trombe, se jetant les unes sur les autres, se tirant les nattes, pour atteindre nos quatre compères sur la défensive, mais n’osant frapper la gent féminine. Ils laissèrent donc là les harpies déchaînées et grimpèrent l’escalier menant à la plus haute tour du palais, pour délivrer la princesse Gwendolina.

Mais ceci est une autre histoire…

118 Le Khoin est le nom khazalide de la contrée regroupant les cités de PetitPavé, Norvallon et Sendubri. En bas langage, cette étendue verdoyante est appelée Les Parages. On ne se refait pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s