Livre I – Proies et Chasseurs (7)

Publié: 19 octobre 2009 dans Zoon (Finalisé)

Flashback où l’on voit Henry Payne, Milo et Daniel étudier les grands félins dans le sud de l’Inde…


Soudain, l’animal releva la tête et huma l’air, ses narines palpitant dans l’air immobile ; puis ses yeux fixèrent le buisson derrière lequel étaient cachés les trois hommes. Il poussa alors un rugissement bas et profond, puis s’élança dans leur direction, ses pattes énormes écrasant les herbes sèches dans un bruit terrifiant d’os brisés. A son approche, le sol semblait trembler. Prestement, Milo et Henry rassemblèrent leurs affaires tout en criant à Daniel d’en faire de même.

Le tigre n’était plus qu’à une dizaine de mètres de leur position lorsqu’il sembla s’envoler avec la grâce propre aux félins ; son corps survola les deux explorateurs déjà debout, et Milo put sentir la chaleur qui émanait de la fourrure du monstre, une fournaise intense, un feu d’Enfer paraissait brûler dans ces entrailles. Le temps sembla s’arrêter, et le jeune homme pouvait presque toucher la texture du poil, d’un blanc presque nacré, percevoir les battements sourds du cœur de l’animal, le souffle de forge qui s’extrayait de sa poitrine. Le tigre atterrit aussi soudainement sur le corps accroupi de Daniel, l’écrasant de son poids. Ce dernier se retrouva face contre terre, incapable de se mouvoir, comme broyé par l’imposante masse d’Akshay. Il ne pouvait voir de son côté droit que sa main accolée à la patte imposante du tigre, aux griffes effilées qui semblaient palpiter à mesure qu’elles sortaient ou se rétractaient.

Henry s’était emparé du fusil à seringue hypodermique, mais se demanda s’il devait tirer. Quelle serait la réaction du félin le temps que le produit fasse effet ? La dose serait-elle suffisante ? Aurait-il le temps de tirer une deuxième fléchette, dans ce cas ?

L’animal tourna la tête vers les deux hommes, et son regard diffusait une malice épaisse, une intelligence malsaine ; il se savait maître de la situation. Il rugit à leur intention, puis se mit à lécher le visage apeuré de Daniel. Il posa sa patte droite sur la main de Daniel, et lui en laboura le dos de ses griffes acérées. Le jeune homme retint le cri de douleur qui naissait au plus profond de sa gorge, se mordant la lèvre jusqu’au sang.

Aussi soudainement, Akshay se redressa, aspergea le corps effrayé de Daniel d’une urine malodorante et s’enfuit dans la nuit, flèche blanche qui se perdit dans l’obscurité.

Quelques secondes passèrent avant que Milo et Henry ne se dépêchent au chevet de leur ami, entourant sa main mutilée avec l’écharpe du jeune Payne ; puis ils le portèrent jusqu’au campement où ils purent lui désinfecter la main et confectionner un bandage plus convenable, au moins jusqu’au lendemain où ils se hâteraient jusqu’à l’hôpital le plus proche.

Lorsque Yuyutsu et Heramba furent mis au courant de l’incident, ils se prirent à parler dans leur dialecte d’un ton précipité, montrant Daniel du doigt ; Milo qui, s’il maîtrisait l’hindî et quelques rudiments de dialectes tamouls, était loin de pouvoir suivre leur conversation, en comprit l’essence complétée par l’agitation des deux cornacs et les quelques bribes de légendes locales qu’il connaissait ; Daniel avait été touché par Akshay, il était désormais maudit par ce contact, tabou.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s