The Beatles – The Beatles

Publié: 23 octobre 2009 dans Tympan Heureux
Ah, on me signale quelques faits complémentaires sur le double blanc des scarabées de la perfide Albion :
– Ce ne sont pas les hourras de la foule que l’on entend sur Back in the USSR mais des avions (russes, probablement)
– Cet album n’est qu’une sinistre comédie pleine de second degré et de je-m’en-foutisme (ça ne m’étonne pas, vu leur coupe de cheveux, de vrais beatnicks, de mon temps, les jeunes, etc.) : Back in the USSR est une pseudo-parodie de Back in the USA de CHuck Berry, Glass Onion est un pied de nez à ceux qui cherchent des messages codés dans les chansons des Beatles (hein, Charles Manson ? Eh non, les Beatles ne sont pas les 4 cavaliers de l’Apocalypse ! Essaie plutôt du côté de Metallica !), Wild honey pie, on n’en parle même pas. De la bonne grosse blague potache, je comprends tout maintenant les Beatles sont les Dali de la pop-rock des années 60 !
Helter Skelter est une réponse à une chanson des Who que ceux-ci qualifiaient de "bruitistes" et que Mc Cartney trouvait plutôt molasse. Ouf !
– Il y a d’autres morceaux "hard" sur le white album, à commencer par Everybody’s got something to hide except me and my monkey qui sous des dehors bluesy, assome sa belle-mère !
– John Lennon aurait pu jouer avec Sonic Youth sur leurs compilations Goodbye 20th Century, comme en témoigne Revolution 9. Ah non, il est mort.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s