Babel fait ses contes

Publié: 24 décembre 2009 dans Au gré des lectures
Il était une fois la nouvelle anthologie de Babel / gr746. La voici décryptée pour vous par moi ! Dédiée à Louise en plus !
 
  • Jacques Païonni L’Alfred et le rouquin Pour ouvrir l’antho, un détournement du corbeau et du renard revisité par le talentueux Jacqk ! Humour et second degré au rendez-vous, un ton léger et mutin, qui met en joie et place la barre haute ! Rire
  • Anne Onyme Blanche Neige Non signée, cette histoire aurait pu être originale si elle ne collait pas tant au conte. Dommage car quelques idée sont intéressantes ! Pensif
  • Yann Alidor Cochons, loups et zombis Son goût pour les histoires de guerre du futur se retrouve dans cette nouvelle. Le lien avec les trois petits cochons se lit entre les lignes, la chute est originale, qu’on pourrait rapprocher de Je suis une légende (le livre, pas le film) Sourire
  • Jacques Abéasis Alice au pays des faits Ca sent l’histoire vite remaniée pour l’antho, comme à l’époque Jean-Pierre Juhles le faisait malheureusement. Une histoire plutôt floue, où j’ai été complètement perdu. Où l’auteur veut-il en venir ? L’idée finale aurait pu être intéressante si dès le début elle avait servi de trame. Ici, elle n’est que prétexte, et encore. Et trop de points de suspension. Triste
  • Ludwigvan Bilbon le Sacquet Port nawak. Inepties. Si c’est pour coller des mots sans queue ni tête, mon neveu de six ans peut le faire. Incroyablement déçu par cet auteur qui, sur le forum, paraissait plus motivé et plus "professionnel" ! Sarcastique
  • Michèle Desmet Petit chat sur perron rouge Si les points de suspension sont l’apanage de M.Abéasis, Michèle, elle, ce sont les points d’exclamation. Beaucoup d’ironie et de badinage, à chacune de ses interventions ; on rejoint donc Jacqk pour une parenthèse plus qu’agréable ! Ca me rappelle le film d’animation (dessin animé, ça fait pré-pubère) La véritable histoire du Petit Chaperon Rouge, avec humour déjanté et tout et tout. Rire
  • Michèle Desmet Barbe Bleue Où l’on retrouve le mot "purpurin" (c’est vrai que malgré sa consonnance peu ragoûtante, ce mot à un je ne sais quoi…). Même topo, un humour noir, à prendre au second degré, avec du jeu de mots là où on ne l’attend pas. Rire
  • Jacques Païonni Angelocchio Sans tomber dans le graveleux, ce Pinocchio-là n’est pas à mettre entre toutes les mains ! Où l’on apprend plein de noms d’essences d’arbres. Culturelle, elle n’en a pas moins une saveur un peu aigre avec un personnage cher à Mr Jacqk, redondant dans ses nouvelles, qui, je trouve, gâche un peu l’ensemble (le deus ex-machina ?) ; comme si je voulais à tout prix mettre Caldeus Kreen ou Lennon Graves à toutes les sauces ! J’aurais bien vu une histoire plus sordide où le couple sans enfant traitent la marionnette comme un vrai petit garçon, jusqu’à la folie… Sourire
  • Stein Hans et Gretilda Serai-je objectif ? Non, car je l’aime bien cette histoire ; une histoire que les ados pourraient lire au lieu de se jeter sur n’importe quel vampire de midinette (par exemple ;)) ; oui parce que les prénoms choisis pour les personnages auraient mieux collés avec une histoire se passant en Bavière plutôt que dans les Monts du Lyonnais. Mais le côté simili-lovecraftien est très plaisant ! Sourire
  • Yann Alidor Wartrooper : Mission B.E.L.L.E. Encore un qui profite des anthologies pour mettre en avant sa propre oeuvre, (à moins qu’ici ce ne fûsse le contraire ?) L’univers Starship Troopers détourné pour y incorporer une belle au bois dormant d’un genre spécial. Si je n’accroche pas au space opera, la nouvelle a le mérite de distiller son lot d’action et d’aventure ! Sourire
  • Fred Vasseur Quelle famille ! On ne se refait pas hein Fred ? Ca démarre comme un Stephen King (d’ailleurs, pourquoi cela se passe-t-il aux US ?), pour finir par un désamorçage en règle comme sait si bien le faire notre ami écrivain ! Sourire
  • Jacques Abéasis Le petit chaperon rouge de Babel Une nouvelle qui démarre plutôt bien, suivant le conte doucement détourné du petit chaperon, mais qui s’enlise dans un verbiage assez insipide et ou, au final, il ne se passe pas grand chose. Où l’auteur veut-il en venir ? Où est la trame narrative ? Et un final en queue de cerise, histoire d’enfoncer le clou ! Triste
  • Philippe Bonneyrat Babel au bois dormant Originale et décalée, tout en respectant le principe du conte de fées : le méchant est châtié. Et en plus, des personnages qui appellent à être récurrents ! (Même si, au départ, on ne comprend pas bien le pourquoi du côté "sexy" de l’héroïne ou du penchant "death metal" du scientifique – au départ, et à l’arrivée aussi !) Sourire
  •  

    Il manque quand même cruellement d’une histoire de LVCM que j’adore lire au coin du feu mon oncle ! Du coup je vous dis à la prochaine…

    Publicités

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s