Livre III – A la lueur sélène (2)

Publié: 5 novembre 2010 dans Zoon (Finalisé)

 

Après la bataille rangée qui a eu lieu chez les Payne, Magdalena a disparu. Où peut-elle bien être ?

Elle entrouvrit les yeux et la lueur dansante de bougies l’accueillit. Une pièce plongée dans la pénombre, comme une tanière, accueillante et chaude, et sauvage à la fois. Elle était allongée sur une couverture épaisse à même le sol, entourée de coussins moelleux ; l’enfant en elle semblait apaisé, aussi. Après avoir parcouru la pièce du regard, elle se leva ; ses pieds nus s’enfonçaient dans un tapis souple comme de la mousse. Elle écarta les tentures qui masquaient l’entrée de la pièce et se retrouva dans un salon de grandes dimensions ; une bibliothèque ornait le mur de gauche tandis que sur la droite une longue tapisserie affichait une scène de chasse au tigre. Une énorme cheminée dans laquelle se consumait un feu rougeoyant se dressait face à elle, et dans le canapé face à la cheminée, un homme. Le cliquetis d’un clavier lui indiqua qu’il était absorbé par la rédaction, d’une lettre peut-être. Etrangement elle ne se sentait ni menacée, ni en danger. Elle s’avança cependant à pas de loup, ce qui n’empêcha pas l’étranger de lever la tête et de se retourner à son approche. Milo. Sans un mot, elle le rejoignit sur le sofa, et s’absorba dans la contemplation du feu. Lui continua à saisir son mémo. Quelques minutes plus tard, il se tourna vers elle et lui demanda maladroitement si elle avait faim ou soif. Elle lui sourit et acquiesça à sa requête. Il se redressa alors et se dirigea vers la cuisine, la laissant seule. Elle se leva et fit le tour de la pièce, contemplant distraitement les nombreux ouvrages de la bibliothèque, essais poussiéreux, traités ésotériques, totems grossiers servant de presse-livres. Son regard se porta de nouveau sur la tapisserie ; elle scruta plus attentivement les détails, lorsque la voix de Milo surgit derrière elle, évoquant ce triste épisode de leur périple aux Indes. Au nom de son mari, elle suffoqua et les images l’assaillirent, lame de fond nauséeuse qui la fit choir. Milo se précipita pour la relever. Comptait-elle garder l’enfant ? Cette question abrupte surgit au milieu de la conversation ; sans plus d’explication, l’homme lui demanda de réfléchir longuement à cette éventualité que la malédiction pouvait avoir été transmise. Car malédiction il y avait eu, possédant les trois aventuriers dès lors qu’ils étaient entrés en contact avec Akshay. Et même la mort du terrible animal n’avait pu les libérer du joug de l’anathème. Milo parvenait à la maîtriser grâce aux enseignements de yogi rencontrés lors de son pèlerinage, mais ce petit être, serait-il à même de connaître ces pulsions ? L’angoisse, la peur, mais la rage aussi de voir le destin de son enfant menacé, Magdalena courut jusqu’à la porte principale qui s’ouvrit sur une nature sauvage et impénétrable, une forêt tropicale épaisse et sombre, d’où suintaient des sons étranges, stridulations, feulements, couinements. Les grands palmiers se mouvaient avec grâce, vagues d’émeraude sous le ciel orangé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s