Les escargots font de très mauvais géographes (3)

Publié: 16 juin 2011 dans Les escargots... (Finalisé)

C’est marrant depuis le passage au tout numérique ma réception est beaucoup moins bonne… C’est beau le progrès ! Mais revenons à nos moutons… Enfin, nos escargots, et suivons Sven, Sven et Olaf à la poursuite de leurs recherches. Et en prime, du vocabulaire.


 

En attendant, il observait rigoureusement les déambulations des gastéropodes errant dans le jardin, sur lesquels il avait fixé une micro-caméra. Se retrouvant ainsi dans la peau d’une de ces spumescentes créatures se frayant un chemin entre les immenses brins jaunis, tels des épis de blés mûrs, donnait au savant une perspective bien différente du monde qui l’entourait.

 

L’on toqua. Tiré de sa rêverie, Ǿlåf se leva en soupirant et alla ouvrir. Le postier, Rainui Taarooarii, avait sympathisé avec les savants retraités et s’arrêtait volontiers à leur masure pour discuter des dernières théories sur la mécanique quantique ou les théories de logique floue, à quoi répondaient invariablement Sven ou l’autre Sven «  Quantique, quantique, nous c’est les escargots.  » Seul Ǿlåf s’intéressait volontiers à ces passionnants sujets auquel Rainui occupait ses heures libres, nombreuses au demeurant.

– Bonjour Rainui !

– Bonjour, M.Snigel. Le dernier numéro de La passionnante revue des sciences incomprises vient d’arriver ! Et aussi ces invitations à l’ambassade de Norvège pour un colloque dont le thème est L’insecte, l’avenir de l’Homme ?

 

 – Norvège ? Mais nous sommes suédois, par Odin ! Comment faut-il leur dire ?

 

 – Oh, vous savez, pour ces gens-là, suédois, norvégiens, c’est bonnet blanc et blanc bonnet ! Mais bon, ce sera pour vous l’occasion de renouer avec la société scientifique du continent !

 

 Mais quel ne fut son désappointement en ouvrant l’enveloppe ; l’invitation ne concernait que ses frères. L’Académie des Sciences semblait ne pas lui avoir pardonné son altercation avec le professeur Nadine Edderkopp… Cela le ramenait six ans en arrière, alors que cette dernière, une jeunesse de cinquante ans à peine, se targuait d’avoir, avec son équipe, interprété le langage formel de l’araignée commune au travers de la toile tissée et les glandes séricigènes comme organe de communication. Ǿlåf du haut de sa soixantaine tassée l’avait ouvertement courtisée et elle l’avait en plein colloque éconduit comme seules savent le faire les aranéologues norvégiennes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s