Les escargots font de très mauvais géographes (11)

Publié: 15 novembre 2012 dans Les escargots... (Finalisé)
Tags:, ,

Dans un élan d’humanité improbable, un scientifique demande un(e) autre scientifique en mariage. Qu’adivent-il alors ?


Abasourdie par la proposition honnête quoi que précipitée de son confrère et il y a peu fringuant cavalier, Nadine soupesa le pour et le contre, tout en auscultant d’un œil expert son aîné qui triturait la tasse brûlante en sirotant le breuvage aux plantes odorantes agrémenté d’une cuillerée de miel d’acacia. Elle avait sa réputation, sa carrière au sommet, le prix Nobel qui lui tendait les bras ; d’un autre côté, l’équipe brillante et pétulante qui l’accompagnait manquait de rigueur et son travail n’avançait pas tel qu’elle l’aurait souhaité ; une collaboration avec un scientifique de renom tel que le professeur Snigel ne lui serait que bénéfique ; nonobstant elle n’aurait aucun mal à lui faire oublier ces mollusques baveux à la coquille spiralée. Les premières syllabes d’une réponse positive se dessinaient sur ses lèvres quand soudain l’ombre d’un gastéropode géant la couvrit et une voix sifflante et zozotante, quoique menaçante, lui intima le silence :

– Alors comme ça, on veut profiter du béguin de mon protézé pour ses petites recherches personnelles ? Ecoute-moi mon petit Ǿlåf, mieux vaut être seul que mal accompagné. Laisse tomber cette péronnelle et va plutôt voir la voisine (je crois qu’elle y est) Quant à toi, vilaine fille, hors de ma vue, et retourne avec tes amis à huit pattes !

 – Et qu’est-ce que j’irai faire chez la voisine ? Mme Taka est certes une gentille personne, mais c’est à peine si elle parle trois mots d’anglais ! Même pas sûr qu’elle sache lire et écrire !

 – Et il n’est jamais trop tard pour apprendre, et qui mieux que toi pourrait lui enseigner les rudiments de vocabulaire, les règles de grammaire et la syntaxe exacte ? Regarde-là dans ses yeux, au plus profond, et dis-moi ce que tu y vois. Après, tu fais comme tu veux hein, moi, un siècle de plus ou de moins dans la peau d’une limace baveuse… 

La porte, claquant et faisant trembler le chambranle, rappela à Ǿlåf que sa prétendante venait de prendre la poudre d’escampette ; il rumina ce départ précipité et invectiva sa bonne fée, qui lui rétorqua que malgré son anatomie disgracieuse, ses pouvoirs psychiques, notamment celui de lire dans les pensées, lui avaient permis de détecter la vénalité de cette femme, alors même que la voisine semblait un cœur pur.

– Et vous ne pouviez pas me le dire avant ? Cela m’aurait évité le bal et tout le toutim !

 – Ca va, j’ai le cerveau lent en ce moment, et ça ne vole pas haut…

 Bref, peu convaincu, dans un élan de motivation minimal, le savant chaussa ses plus belles espadrilles, enfila le tablier de cuisine estampillé d’une expression rigolote quoique éculée, et entreprit de pétrir une baguette « à la française » ; en effet le trio suédois ayant à cœur de pouvoir vivre en autarcie complète ou peu s’en faut avait toujours quelques pâtons au congélateur.

C’est ainsi, engoncé dans une chemise aux hibiscus flamboyant, le cheveu fou et blanchi offert à la bise matinale, la baguette sous le bras, qu’Ǿlåf se dirigea d’un pas incertain vers la masure de Mme Taka, sa voisine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s