> 2

Publié: 5 juin 2013 dans Les veilles de Kâlî
Tags:,

Lennon Graves est arrivé à Londres pour enquêter sur mal mystérieux qui décime un petit club de football.


Rudy Korrigan, l’actuel entraîneur de l’équipe passablement décimée, avait la mine défaite. Après l’annonce du décès de son meilleur défenseur et l’autre moitié de l’effectif à l’agonie, il voyait d’un très mauvais œil l’avenir du championnat. Les remplaçants, pleins de bonne volonté, ne valaient pas Rajh, Nicky, Winston et les autres. Bien sûr, c’était aussi une tragédie humaine, le reconnut-il presque à contrecœur. De braves garçons avec ça, jamais en retard, même Rajh – parce que bon, on sait ce qu’ils valent hein, ces indiens, mais là non, un bon gars, motivé et tout.
Non, il ne se souvenait de rien de particulier d’avant l’épidémie, mais peut-être qu’en interrogeant Brad Storage, le gardien de but qui était toujours à traîner avec eux et qui miraculeusement semblait immunisé au virus, le détective aurait des indices supplémentaires ?
Brad Storage, un solide gaillard d’une vingtaine d’années avait les yeux rivés sur l’action qui se déroulait à une trentaine de mètres de lui. Lorsque la frappe de l’attaquant envoya le ballon en direction des buts qu’il défendait, il parut s’envoler et captura le projectile d’une main sûre. Lennon se dirigea vers lui, se présentant, comme il le fit avec l’entraîneur, comme un détective privé en charge d’une enquête parallèle sur le drame qui touchait le football club des vampires de Crouch End.
– Vous connaissiez bien les victimes ?
– On se connaît depuis toujours quasiment, on a grandi dans le même quartier et nos parents nous ont inscrit au club en même temps ; je suis même sorti avec la sœur de Rajh pendant un temps.
– Avez-vous remarqué quelque chose d’anormal, de différent juste avant que vos amis ne tombent malades ?
– Non… Enfin, Rajh était revenu d’un voyage dans le village de ses parents, en Inde… Attendez… Ah oui, Puranakatak, on en avait rigolé avec les copains, on aurait dit un mauvais jeu de mots . Et puis…
– Oui ?
– Non, rien…
Lennon sentait le jeune hésitant, mais qu’à trop le pousser il se refermerait définitivement. Il lui laissa donc simplement sa carte avec le nom de l’hôtel dans lequel il était descendu et lui lança simplement l’avertissement qu’une victime était déjà à déplorer et qu’il espérait que ses amis se remettraient rapidement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s