Lambchop – OH (Ohio)

Publié: 23 décembre 2013 dans Tympan Heureux

Deuxième expérience d’une intimité partagée avec Kurt Wagner (le chanteur, pas le mutant) qui ferait passer Stuart Staples pour un punk. Bon, d’accord, le précédent n’était que leur deuxième album. 12 ans plus tard, la voix de Kurt est toujours aussi discrète, mais cette fois enveloppée d’une flopée de violons langoureusement sirupeux sans être gnagnan, à la manière d’un Another Night In des Tindersticks. De là à cataloguer l’album de rock, quand même… Certains n’y vont pas de main morte. Il est vrai cependant que la mélodie est un tantinet plus enlevée, mais on reste dans le l’éthéré, du sussuré, de la confidence musicale. Même si la pochette, un brin provocatrice l’air de rien (un couple en plein ébat avec des scènes de violence urbaine vues au travers de la fenêtre), laisse à penser que le ton pourrait être ironique (ne m’étant pas porté sur les paroles, je ne peux me porter juge)

Publicités
commentaires
  1. cliquez dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s