La compilation de février

Publié: 27 février 2015 dans Tympan Heureux

Morbid Angel – « Hymnos Rituales de Guerra » (Formulas Fatal to the Flesh, 1998) Morbid et moi, c’était mal parti. « Where the slime leave » de l’album précédent, Domination, ne m’avait pas convaincu. Et puis j’ai découvert que leurs albums suivaient un ordre alphabétique en même temps que chronologique (ça marche pour le moment, depuis Altars of Madness jusqu’à Illud Divinum Insanus). Et puis j’ai découvert Formulas Fatal to the Flesh et son côté tribal. Et puis Gates Of Annihilation qui reprend une formule similaire, un death barré, mais loin de la brutalité et de la technicité à laquelle m’avaient habitués des groupes tels Dying Fetus ou Nile. Et puis j’ai succombé au charme de ce tant décrié Illud qui combine la sauce death floridien à de l’indus poilu. Alors oui, dès qu’il y a des percus, moi je dis oui.

Sepultura – « Kamaitachi » (Against, 1998) Des percus, encore, pour ce premier album qui reste « tribal » dans l’esprit de Roots, histoire de ne pas trop dérouter le public après le départ de Max Cavalera et son remplacement au pied levé par le géant Derrick Green. Mais cette fois, point de tribu perdue d’Amazonie, direction le Japon et les tambours en peau de saumon.

Yussuf Jerusalem – « The end of tomorrow » (a Heart full of Sorrow, 2010) Comme quoi on ne devrait pas se fier aux jugements de Télérama. Largement plébiscité, cet album pourrait passer pour une imposture. Rock vintage, enregistrement crasseux à la limite de l’audible, bluettes qui l’air de rien tiennent plus que bien la route jusqu’à ce « Gilles de Rais » black métal à coeur que veux-tu (ça ne se dit pas ?) Enfin, bref, une grosse entourloupe musicale, à mettre dans toutes les oreilles guindées histoire de décrasser les conduits.

Supergrass – « Sun hits the sky » (In it for the money, 1997) Ah, Supergrass, du Beatles survitaminé, du bonheur en décibels, tout simplement. Passés sur les ondes, mais pas trop, ils gardent d’album en album une sincérité et une fraîcheur qui fait plaiz’

Impaled Nazarene – « Blood is thicker than water » (Suomi Finland Perkele, 1994) Un groupe mal aimé, parce qu’apparemment d’un peu trop à droite… adeptes de métal extrème (dans tous les sens), ces finnois (pas fins) sont pour vous. Mais entre un « motorpenis » et un « Let’s fucking die », on trouve quelques perles tel ce morceau qui fait plus que tenir la route… Laissez-vous aussi tenter par un « All that you fear » sur l’album du même nom, qui musicalement pioche autant dans le heavy metal que le deathgrind ou le black, ne serait-ce l’horripilante voix de Mika Luttinen

Rotting Christ – « Athanati Este » (Sanctus Diavolos, 2004) Découvert sur le tard, j’me suis fait un grec. Du black métal mélancolique des débuts, la bande à Sakis s’est peu à peu tourné vers un folk métal à la limite du groove. Leur petit dernier, Katá ton Daímona Eaf̱toú (une devise notamment lisible sur la tombe de Jim Morrison…) vous fait voyager de culture en culture, de Gilgamesh au vaudou en passant par la philosophie zoroastrienne (rien à voir avec Zorro…). Ils se permettent même de chanter dans leur langue natale et rien que pour ça, chapeau bas.

How to destroy angels – « The space in between » (How to destroy angels, 2010) Nine Inch Nails, on aime ou pas. Toujours est-il que a) Trent Reznor reste une sommité du monde du métal, tant en tant que musicien qu’en tant que producteur (notamment Marilyn Manson) Il a aussi un des premiers à proposer en téléchargement légal ses albums contre rémunération libre, et même, pour remercier ses fans, à offrir au moins un album en téléchargement libre (The Slip, 2008… Pour un petit qu’à le son hein !). Avec madame Reznor, il s’est mis à faire de la musique, pour changer. Un projet plus « easy listening » ? A vous de juger. J’aime beaucoup ce côté froid et éthéré.

Tomahawk – « Flashback » (Tomahawk, 2001) Mike Patton, on ne le présente plus, récupère en 2001 des musiciens de feu Jesus Lizard et fonde un brûlot rock barré à la croisé dudit lézard messie et d’un Faith No More  en jachère. Déjà quatre albums dont des interprétations « rock » de litanies sioux, comanches et autres peuplades amérindiennes (!), et même si le petit dernier, Oddfellows est plus qu’honorable, il ne vaudra pas la claque de l’éponyme hachette (jetez un oeil aussi au clip de « God hates a coward »…)

Faith No More – « Digging the grave » (King for a day – Fool for a lifetime, 1995) Bon, d’accord je vous mets que du archi-connu, mais hein, quand même, ça vieillit pas !

Jesus Lizard – « Mouth Breather » (Goat, 1991) A l’écoute des grognements de David Yow, de la guitare syncopée de Duane Denison on comprend les accointances de Mike Patton avec ces trublions !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s