Archives de la catégorie ‘News’

Oldelaf – Goliath

Publié: 19 février 2018 dans News

Oldelaf - GoliathIl se sera fait attendre, le successeur de Dimanche. Et le 5 titres offert aux KissKissBankBankers en attendant la sortie du troisième opus « solo » de M. De Laf m’aura mis le doute : Oldelaf a-t-il perdu son mojo ?

Et bien, à l’écoute de Goliath, je peux vous assurer que non ! Et si le retard de livraison est, apparemment, du aux difficultés inhérentes à l’autoproduction de cet album, je ne peux que féliciter Oldelaf et son équipe d’avoir pris le temps. Les morceaux sont volubiles, chamarrés, des choeurs, de violons, de l’emphase, qui loin de gâcher les textes toujours aussi truculents et poétiques, les soulignent au stabilo rose fluo.

L’album s’ouvre sur « Le Poisson », petite fable entraînante et amusante, et enchaîne sur deux titres plus doux-amer, « Elle Dit » et l’incompréhension homme/femme, et « Mais Les Enfants » et le dur métier de parents. De la douceur et de l’amertume encore avec « L’Amour à l’Hotel Ibis » sur les travers des amours interdites. « Clara », la parisienne et « L’Orgueil » en demi-teinte suivent de près les plus faiblards « Rond » et « On Pourrait ». Tout cela sent le vécu, la nostalgie, crise de la quarantaine ?

Reprise de « Crépi », version Maxime Le Forestier (en tous cas c’est à lui que ça m’a fait penser !), « Et Si » qui m’a fait penser à ces paroles extraites de « Les Hippopotames » sur l’album Dernière Chance d’Etre Disque D’Or (sur lequel on retrouve aussi « Le Crépi ») :

« Et puis Jeff Buckley
Il nage mal mais il nage aussi »

On arrive au clou du pestacle, ZE plus belle chanson de l’album : « Le Coeur Fenouil ». Où l’on peut être poignant et drôle à la fois. Bravo M.Oldelaf.

So Much For Pathos, comme dirait les Monty Pythons, le morceau le plus barré de l’album : « J’Aime le Tennis » et son ambiance à la Max Pecas. J’adore. Pas le tennis hein, la chanson.

Et pour clore l’album, « Plante des Tomates », sympa avec ses rimes en -ate (il fallait le faire).

Parlera-t-on des morceaux bonus ? Oui. « C’est Michel », barré, « Première Classe », rigolote, « Marc Lévy », mouais, « La Tristitude 2017 », chantée à la bouche avec des nouvelles paroles, du beatbox, j’adooore !, et puis les reprises acoustiques de « Elle Dit » et « Nancy », un morceau que les nancéiens doivent détester mais que j’adore. Cap’ d’en faire une sur Lyon tout pareil ?

Bref, un album a écouter encore et encore, à l’instar des précédents.

A Ecouter : « L’Amour à l’Hôtel Ibis », « Le Coeur Fenouil », « J’aime le Tennis »

A Eviter : « Rond », « Clara », « L’Orgueil », « On Pourrait ». Mais on pourrait aussi les écouter.

Publicités

L’Océan au bout du chemin

Publié: 26 janvier 2018 dans News

de Neil Gaiman (encore).

Neil Gaiman - L'Océan au bout du cheminJe suis comme ça moi. Quand j’aime, j’en bois jusqu’à la lie (Ou j’en lis jusqu’aux abois)

Bref, après le très bon et chamarré recueil Miroirs et Fumée, voici un roman inspiré d’éléments autobiographiques, qui verse rapidement dans le fantastique, avec un sentiment de filiation avec Ray Bradbury. Une poésie dans les mots et dans le déroulement de l’histoire – la rencontre du protagoniste avec une petite fille qui affirme que la mare dans son jardin est un océan, qui donne l’impression d’avoir parcouru une nouvelle d’une cinquantaine de pages. On passe du réel au mythe comme Alice traversant le miroir, tout se fait si naturellement que c’en est presque déroutant.

Encore un livre que je conseille, aux rêveurs, et aux autres qui regardent d’un air hautain la littérature de l’imaginaire.

SepticFlesh – The Codex Omega

Publié: 4 septembre 2017 dans News

Un nouvel album de SepticFlesh, ça ne se refuse pas. Pour le visuel d’abord, et le travail graphique sombre et fourmillant de Seth Siro Anton, qui à l’instar de Jeff Grimal (The Great Old Ones, Spectrale), a su imposer son univers au monde du métal (bon, après, de là à le mettre dans son salon hein…)

Ensuite, pour le travail sur le son. Puissant. Enveloppé. Symphonique. On retrouve d’ailleurs la tendance déjà présente sur Titan à rajouter une couche de violons et de choeurs par dessus la déferlante de riffs tapageurs et de growls assourdis – parce que, le Seth, là, il a encore baissé d’un demi-ton son chant guttural non ? Ca reste compréhensible, mais nom de dieux, ça décrasse les tympans ! Quels titres sortent du lot, parmi lesquels « Portrait of a Headless Man » et « Enemy of Truth ». Un album dans la lignée des précédents, tout en emphase, mais jusqu’où nos héllènes iront-ils ?

A noter le bonus disc avec une réinterprétation des titres en version symphonique par le FILMharmonic Orchestra of Prague, des habitués du genre puisqu’ayant opéré de même sur Titan, mais aussi The Great Mass. Un exercice de style plutôt intéressant si on aime le classique – et le métal.

Joyland

Publié: 25 août 2017 dans News

de Stephen King.

Aurait pu apparaître sous le nom de feu Richard Bachman tant il dénote dans l’oeuvre tournée horrifique / thriller / fantastique du King. Un roman sur l’adolescence, l’amour, les fêtes foraines et leur magie inhérente avec un zeste de fantastique – quand même – qui tourne au roman policier sur le dernier cinquième. Un roman prenant, tout en douceur – c’est moi ou avec l’âge, le romancier devient nostalgique de ces heures « heureuses » ?

Je m’attendais à une sorte d’hommage à La foire des ténèbres de Ray Bradbury, mais rien à voir. On suit l’adolescent au coeur brisé qui se fait embauché en tant qu’homme à tout faire au parc « Joyland » et s’y sent comme chez lui. Sa lente guérison. Ses rencontres. Et puis…

Captivant, doux-amer, un roman idéal pour l’été. Ca change de Musso 🙂

L’Assassin Royal – Tome IX à XIII

Publié: 13 décembre 2016 dans News

L'Assassin Royal - Tome 9A y est ! J’ai enfin fini la saga de l’Assassin Royal. Bon, bien sûr, le happy end sent un peu le soufflé refroidi hein, mais les aventures vécues par FitzChevalerie Loinvoyant et ses compagnons (Burrich, Sire Doré, Umbre Tombétoile, le prince Devoir, Lourd, Ortie) se dévorent avec plaisir.

L'Assassin Royal - Tome 10On avait quitté Fitz après qu’il ait libéré le prince Devoir des griffes des Pie, ces extrémistes qui veulent combattre le feu par le feu et étaler le Vif au grand jour – en éliminant tous ceux qui ne sont pas d’accord, tant qu’à faire. Du coup les affaires reprennent à Castelcerf. Et le prince Devoir va, justement, devoir se marier avec une des princesses outriliennes, oui, ces pirates rouges qui avaient envahi les Six Duchés.

On retrouve avec plaisir les intrigues de la cour, mais on en apprendra plus aussi sur les magies de l’Art et du Vif, et des dragons. Il y aura des dragons, chouette !

Le rythme est beaucoup plus soutenu que sur les 6 premiers tomes, mais Fitz est toujours aussi pénible parfois, à ne pas savoir sur quel pied danser… (Mais on apprendra par la suite que ce n’était pas sa faute).

Bref, une très très bonne série, bien écrite avec tout ce qu’il faut pour plaire !

L'Assassin Royal - Tome 11 L'Assassin Royal - Tome 12 L'Assassin Royal - Tome 13

Des nouvelles de ma muse !

Publié: 2 mars 2016 dans News

A quand remontent mes derniers écrits ? Mes forces intellectuelles paraissent décliner. Fatigue, surmenage, ou simplement un tarissement naturel ?

Tout aussi soudainement une idée naît, germe, croît. Lui laisser sa chance.

Du coup je mets de côté KerozenDon’t call the policeLes Veilles de Kâlî. J’y reviendrai (?)

Privilège de la collaboration

Publié: 19 octobre 2015 dans News

Ah, le titre provocateur… Tout ça pour dire que j’ai l’honneur de participer au troisième numéro du sublime fanzine de mon collègue littéraire Adam Joffrain, l’étonnant Nightgaunt. Ce serait bête de se priver, à ce prix-là… D’ailleurs je crois que je vais me commander les trois d’un coup histoire de rattraper mon retard ! (Et du coup, hop, critiques dans ces pages !)