Moonspell – Extinct

Publié: 25 mars 2015 dans Tympan Heureux
Tags:,

Moonspell - ExtinctNe nous laissons pas rebuter par la pochette assez trash qui n’est pas sans rappeler La confrérie des mutilés de Brian Evenson et attardons-nous sur le dixième/onzième album du brûlant groupe portugais responsables de belles ouvrages, tantôt black/death (Alpha NoirMemorial dans leur entièreté ou presque, et des titres disséminés ici et là sur le reste de leur discographie) tantôt métal gothique, voir une touche d’électro (sur Sin/Pecado) ou d’indus (sur The Butterfly Effect), capables du meilleur (« Alma Mater », « Full Moon Madness », « The Butterfly Fx », l’inquiétant « Lunar Still », « En Nome Do Medo » et j’en passe) comme du passable (perso, Darkness & Hope, je n’ai pas accroché). Donc, bref, hâtons-nous de dépasser la répulsion première de cette pochette plus digne d’un album de SepticFlesh (on se rapproche du demiurge sanglant de The Great Mass) que de l’érotisme sublimé d’Alpha Noir. Intéressons-nous au contenu de la galette. On négligera les remixes en bonus – comme souvent les remixes, ceux-ci seront dispensables.

L’album démarre très fort avec « Breathe (Until we are no more) » et « Extinct » dont les refrains restent sur les lèvres. Deux tubes en puissance, mélant le chant suave de Fernando Ribeiro à ses hurlements de bête déchaînée. Curieusement, le mixage rendra son timbre un poil plus aigu qu’à l’habitude, ce qui les fera comparer par metalsucks à The 69 eyes. C’est vrai que par moment, on pense aussi à To/Die/For dans le genre. Les quelques morceaux « extra-soft » (« The last of us » ou « The future is dark ») sonnent très classiques, mais on leur pardonne parce que c’est beau. L’ensemble de l’album est teinté de noirceur, certes, mais toujours avec cette élégance raffinée, on entre dans 50 nuances de black. Un très bel album, synthèse idéal entre le côté force brute imposée (et c’est dommage, sur un titre comme « Blood Tells » sur Memorial qui aurait mérité des parties chantées) et la douceur guimauvesque gothique genre flanelle et dentelle (et c’est dommage sur Darkness & Hope qui aurait mérité quelques coups de pieds au cul pour le remuer).

Donc malgré l’avis de Metalsucks, un très bon album de Moonspell, fort recommandable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s